^Haut de page

foto1 foto2 foto3 foto4 foto5


Bienvenue sur notre site

www.asapac.fr

ASAPAC et moi,

On découvre l'Afrique

Association des Amis du Paysan d'Afrique Centrale

En 2004, Le projet proposé par l’une des membres de l’ASAPAC d’origine camerounaise, prévu   dans cette localité était porteur d’espoir. Une étude préalable, en accord total avec la population de ce village, devait logiquement en assurer le succès et aider l’ASAPAC à modifier l’approche quant à l’étude des projets à venir

Objectifs:Ce projet consistait à transformer une partie de la superficie d’une cacaoyère, en perte de production, en bassins de pisciculture de tilapia nilotica, au-dessus desquels devait être installé un élevage de porcs sur caillebotis.

Lire la suite : Construction d’une porcherie à Zima/Cameroun

Une des membres de l’ASAPAC, originaire de Kana (30 kms de Bossangoa), a sollicité une aide pour le compte de l’association féminine « Fleurs de l’Ouham ». Les femmes de cette organisation avaient produit 80 tonnes de paddy (riz), mais effectuaient le décorticage manuellement au pilon et au mortier. Financé par l’O.I.F., du matériel de décorticage italien avait été mis en place avec un conditionnement en sac plastique de 1 kg, projet mené jusqu’en 2004.

La région de Kana est productrice de karité en grande quantité, mais la commercialisation de celui-ci est limitée au marché local ou à celui de Bangui, la capitale.

Lire la suite : Apiculture, matériel de décorticage de riz et fabrication de savons à Bossangoa/RCA

Comme les autres associations de Batangafo, cette fédération de planteurs s’est adressée à l’ASAPAC pour obtenir un renouvellement des semences d’oignons.Ces mêmes planteurs étaient autrefois de grands producteurs de coton. Après les événements de 1997, la culture du coton, devenue très marginale, a été supplantée par l’oignon comme source de revenus.

Lire la suite : La Fédération des planteurs d’oignons de Batangafo/RCA

Un syndicaliste centrafricain, originaire de ce village, s’est déplacé jusqu’au siège social de l’ASAPAC à Massy, pour demander un appui technique et financier en vue de freiner l’exode rural des jeunes de cette localité. L’Association Centrafricaine des Amis du Paysan de Bogangolo (ACAPAB), qu’il représentait, souhaitait aussi se lancer dans la production de riz pluvial, pour remplacer le manioc dont le rendement était affecté par la mosaïque, maladie virale endémique.

Objectifs : Lutter contre l’exode rurale des jeunes de Bogangolo en favorisant l’agriculture du riz à haut rendement.

Réalisations :L’ASAPAC leur a proposé

  • un appui agronomique sous forme d’une multiplication sur 3 ans de semences de paddy sélectionnées en provenance du Cirad de Montpellier.
  • l’installation d’une unité de transformation mécanisée paddy/riz qui sera financée en partenariat avec l’Organisation Internationale de la Francophonie.
  • l’équipement sportif complet de 2 équipes de football financé par l’ASAPAC.                                            

                                                                                                                    Sanstitre 19
                                                                                                                                              Le matériel complet

Résultats :

La multiplication des semences s’est déroulée dans de bonnes conditions et les résultats sportifs des équipes ont été satisfaisants. Pour ce qui concerne l’unité de transformation, ce matériel onéreux n’a pas été entreposé dans un petit hangar, comme cela avait été demandé. Une enquête menée par un bureau d’études français pour l’O.I.F. a découvert que le décortiqueur de paddy était devenu la propriété d’un syndicaliste qui en tirait des revenus depuis plusieurs années. L’ASAPAC a cessé, dès 2002, toute coopération avec cette association pour le non-respect des engagements pris au départ. Malgré ce disfonctionnement, le riz de Bogangolo a bénéficié de « l’apport qualité » de cette décortication mécanisée, ce qui a facilité sa mise en vente sur le marché. La récolte de ce riz a été très bonne, mais la distribution pour une nouvelle multiplication n’a pu se faire en raison des troubles politiques.

Réception des tenues de football        
 

     2 équipes de jeunes désormais équipées